Réalisée en un temps record, la captation de la comédie musicale Le Roi Lion à Disneyland Paris a utilisé cinq caméras ARRI, dont quatre AMIRA et une ALEXA MINI. Une configuration mise en place pour la première fois par le groupe américain en France, toujours à la recherche de solutions de grande qualité pour les productions audiovisuelles de ses parcs à thème.

La saison d’été de Disneyland Paris s’est ouverte en beauté en juin dernier avec la production d’une nouvelle version de la comédie musicale Le Roi Lion sur le parc d’attraction francilien, quelques jours avant la sortie au cinéma du film éponyme. A cette occasion, le groupe de divertissement américain a réalisé une captation intégrale du spectacle, de façon à pouvoir le diffuser toute la saison au Walt Disney Studios, son parc jumeau de Marne-la-Vallée. Une manière d’élargir le public de ce show de 30 artistes sur scène, en le projetant dans une salle de 1000 places sur un écran de 19 m de base.

Pour cette captation d’ampleur, Disney a fait appel à Julie Rohart, une réalisatrice habituée des comédies musicales, puisqu’elle a travaillé à la production de la version Broadway du Roi Lion, le musical, qui avait connu un succès planétaire, et de Cabaret, le musical, dans la version de Sam Mendes. Depuis, elle a réalisé la captation de Bodyguard, le musical, Grease, le musical, Chicago, le musical, Cats, le musical… Une vraie spécialiste !

« C’est la première fois que je tourne intégralement une comédie musicale en ARRI, mais je connais bien l’AMIRA et l’ALEXA MINI pour les avoir utilisées à plusieurs reprises sur des documentaires, des publicités et des promos reel. J’apprécie beaucoup leur rendu très doux et très naturel. Elles apportent beaucoup de dynamique dans les couleurs, tout en évitant les problèmes de saturation. Le résultat n’est jamais flashy. C’était important pour ce show très coloré qu’est Le Roi Lion. Je savais que c’était la caméra idéale pour reproduire fidèlement le travail des créateurs du musical. C’était aussi la volonté des équipes de Disney qui ont tout de suite suggéré de tourner en ARRI. »

Pilotée par le département production audiovisuelle de Disneyland Paris, qui gère près de 400 projets tout au long de l’année, la captation a eu lieu dans la nouvelle salle Frontierland Theater, ouverte pour l’occasion. Capable d’accueillir 1175 spectateurs, elle dispose d’une scène modulable de 40 mètres de large, sur plusieurs niveaux, et est équipée d’une technologie audio 360° inédite en Europe. « Il nous fallait répondre à beaucoup de contraintes sur ce projet, explique Carole Jublot, manager des productions audiovisuelles à Disneyland Paris. La construction de la salle venait juste d’être terminée. Nous avions seulement quelques jours pour tourner avant qu’elle ne soit ouverte au public. Nous avons filmé sur deux jours, dans les conditions du direct, et réalisé le montage et l’étalonnage dans la foulée. Car la diffusion sur le parc Walt Disney Studios devait être raccord avec le lancement de la comédie musicale en live sur le Frontierland Theater de Disneyland. C’était un très gros challenge. »

Le département audiovisuel de Disneyland a travaillé très en amont à la préparation de cette captation. Des tests comparatifs entre différentes caméras ont été effectués et le workflow a été préparé avec soin. « Nous avions envie d’aller vers une expérience ARRI depuis très longtemps, explique Pierre Maveyraud, chargé de production à Disneyland Paris et coordinateur technique du projet. Nous avions trouvé très inspirante la captation du concert de Cold Play au Stade de France dès 2012 en AMIRA : le rendu non-numérique de la caméra, le niveau de détail dans les ombres et lumières, le look cinéma. Nous attendions d’avoir le bon projet pour nous lancer. »

Car l’enjeu était de taille pour Disney. C’est la première fois que la société diffusait une captation de spectacle sur un de ses parcs parisiens et il fallait être capable de soutenir la comparaison avec la qualité du show live qui se jouait jusqu’en septembre. « Nous voulions offrir au spectateur la meilleure expérience possible pour éviter l’aspect déceptif de ne pas voir le spectacle en vrai, souligne Andy Standley, directeur des productions à Disneyland Paris. Dès les premiers rushs nous avons été séduits par le résultat. Il y avait quelque chose d’unique dans la texture. ARRI nous a apporté cette noblesse de l’image cinéma dont nous avions besoin pour proposer au spectateur un divertissement unique. »

Dans cette optique de grande qualité, les équipes ont tourné six fois la comédie musicale sur deux jours en changeant les caméras de place à chaque fois, de façon à multiplier les axes. « Disney a mis de très gros moyens pour répondre à l’enjeu de  cette captation. J’avais deux travellings, une Technocrane, un steadicam à l’avant-scène, en plus des caméras sur pied, explique Julie Rohart. Nous étions une équipe de tournage de près de 70 personnes ! Au final, j’ai pu travailler dans 25 axes différents pour mettre réellement le spectateur en immersion dans le spectacle. »

AMP Visual TV, qui a pris en charge la prestation du tournage, est un habitué du multicam en AMIRA et ALEXA MINI. « Une des spécificités des caméras ARRI, c’est leur capacité unique de pilotage à distance, explique Oliver Bardet, Responsable d’exploitation vidéo à AMP Visual TV. Nous pouvons intervenir en live sur tous les menus depuis la régie. C’est un atout important en exploitation. » Un avantage que confirme Julie Rohart : »Pendant la captation du Roi Lion, j’ai souhaité basculer l’AMIRA qui était sur la grue à 50 images/sec pour quelque séquences. A un moment, un écran vidéo qui était sur scène s’est mis à « flicker » à l’image. Immédiatement, j’ai pu rebasculer la vitesse de la caméra à 25 images/sec depuis la régie. Tout s’est fait à distance en quelques secondes, sans arrêter le tournage. C’est un vrai plus en captation de spectacle. « 

Au final, le show est une vraie réussite et la captation du Le Roi Lion a été diffusée six fois par jour pendant trois mois de juillet à octobre. « Nous sommes très fier du résultat. Le rendu est superbe, souligne Andy Standley. C’était une expérience exceptionnelle et je le referais demain s’il le faut. » Et Pierre Maveyraud d’ajouter : »ARRI France nous a accompagné dans toutes les phases de ce projet complexe. C’était rassurant d’avoir le constructeur à nos côtés. Cela a été décisif dans le choix de cette solution. Surtout, cet accompagnement nous a fait gagner un temps fou dans la mise en oeuvre du projet. »